La profession d'avocat : UNE PROFESSION LIBÉRALE RÉGLEMENTÉE

Parce que l’avocat est votre premier conseil, votre premier défenseur.

L’avocat est étymologiquement « celui que l’on appelle ». Il assume pleinement ses fonctions de conseil et de défense. Il intervient en tant que Conseil, de manière ponctuelle ou suivie, orale ou écrite, il permet d’appréhender une situation juridique dans sa globalité en ce qui concerne le particulier et l’entreprise.

 

Face aux mutations économiques et sociales auxquelles vous êtes confronté, face aux défis personnels ou professionnels que vous souhaitez relever, l’Avocat est le seul partenaire juridique de haut niveau qui vous offre les garanties indispensables de confidentialité et de compétence, qui vous assiste et vous défend dans tous les domaines de la vie courante qu'il s'agisse de la vie des particuliers, ou de celle des entreprises, (sociétés commerciales, commerçants individuels, artisans, professionnels libéraux…).

 

La profession d’avocat est une profession libérale, indépendante et réglementée, régie par l’Ordonnance-Loi No 79/028 du 28 septembre 1979. En effet, cette ordonnance a réorganisé la profession d’avocat dans notre pays non seulement du point de vue structurelle (en instaurant un Ordre National des avocats) mais aussi du point de vue conceptuelle (la primauté de l’Ordre National qui s’est substitué à l’autonomie traditionnelle des Barreaux). Pour la petite histoire, en RDC, la profession d’avocat a été instituée par le décret du 07 novembre 1930 portant organisation du Barreau. Cette date consacre de manière officielle la participation des avocats à l’administration de la justice, comme auxiliaires de celle-ci dans notre pays. Ce décret du 07 novembre fut abrogé par l’Ordonnance Loi No 68-247 du 10 juillet 1968 portant organisation du Barreau, du Corps des défenseurs judiciaires et réglementation de la représentation et de l’assistance des parties devant les juridictions. À partir de cette ordonnance, les avocats forment un Ordre totalement indépendant, ayant à sa tête un Bâtonnier entouré d’un organe collégial appelé Conseil de l’Ordre. Ainsi, celui qui devient avocat accepte, de par ce fait, de se soumettre à ce règlement. A partir du moment où il a prêté serment, l’avocat fait partie de l’Ordre, c’est- à-dire d’un groupement dont la notion implique une idée de règles à suivre, de règles ayant essentiellement pour but d’établir une morale professionnelle.

 

Ainsi, des règles de déontologie précises s'imposent à l'avocat lequel ne peut exercer qu'après avoir suivi une formation juridique de très haut niveau soit être titulaire d’une licence ou d’un doctorat en droit délivré par une université congolaise ou d’un diplôme équivalent délivré par une université étrangère en justifiant en ce cas de la connaissance du droit congolais. Pour s'inscrire au Barreau, le candidat avocat doit justifier de sa formation et de la réussite à l'examen du CAPA mais aussi de son honnêteté et de sa probité : c'est le conseil de l'Ordre qui décide de l'admission au tableau du stage pour les deux premières années puis au " Tableau".

 

L’avocat prête serment en ces termes : « je jure ……..…………».

Par ailleurs, la profession d'avocat peut être exercée soit en profession indépendante, seul ou en groupe. Dans tous les cas la loi a souhaité conserver à l'avocat une totale indépendance dans son exercice professionnel.


logo pramiq